Vous êtes ici : Accueil > Colocaterres c’est quoi ç’bidule ? > C’est d’où qu’on vient ? (suite)
Par : Thierry
Publié : 13 août 2013

C’est d’où qu’on vient ? (suite)

1 vote

En juin 2012, voilà l’état de notre jardin :

Il faut faucher, délimiter les parcelles individuelles et collectives, greliner, désherber. Autant dire qu’on ne chôme pas ....

Amandine avait fabriqué des épouvantails lors de la fête de la place :

Voilà le premier habitant du jardin :

Bien sûr, on plante pour voir si notre terre est bien nourricière !

On délimite les premières parcelles individuelles : 16 m² chacune.

A l’automne 2012, on continue de préparer les parcelles pour les plantations du printemps prochain. On est rassurés. Ce que nous avons planté en juillet a bien poussé : nous avons de la terre de qualité pour nos futurs légumes !

On se réunit pour réfléchir à ce que l’on veut faire pour notre jardin. Chacun apporte ses idées, fait part de ses envies ... Ca donne de beaux shémas interactifs à base de post-it, le dernier cri en matière de matériel numérique ...

Un jardin partagé sans compost, c’est comme une tarte aux pommes sans pomme, ça n’a pas de sens ... Amandine, de la commission compost, fait intervenir un animateur du Sitom pour un petit précis de compostage ... sous la pluie froide d’automne.

On nous promet des composteurs au printemps, pour remplacer celui que nous avons fait en palettes. On en aura 4 que nous installerons à l’entrée du jardin.

L’hiver est froid et neigeux, et les Colocaterres piaffent d’impatience pour mettrent en oeuvre les nombreux projets d’aménagement qui ont été décidés collectivement ! Dès que la neige a fondu, en ce mois de mars 2013, on construit une cabane vivante en brins de saule :

Parce qu’on aime la biodiversité, on construit des nichoirs ...

... que l’on installe dans les arbres.

On organise un atelier semis.

Dès que le temps devient plus clément, grelinettes, bêches et serfouettes se remettent à chauffer ...

On fabrique des croisillons en saule pour que les petits-pois puissent grimper allègrement.

Les parcelles individuelles s’étoffent et prennent forme, révélant le caractère de ceux qui les ont façonnées.

En mai 2013, le Jardin a bien avancé. Il reste beaucoup à faire. A l’occasion de l’Assemblée Générale des Colocaterres, Laurence fait un diaporama pour résumer à nos adhérents une année riche en événements.

Pour le voir, c’est ici :

A suivre ...